Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Objectif Végétal : une dynamique partenariale

Navigation principale

    Recherche

    Fil d'ariane

    Résultats de recherche

    Résultats de recherche

    • Partager la page sur les réseaux sociaux
    • Envoyer cette page par mail

      Envoyer par mail


      Séparés par des virgules
    • Imprimer cette page

    Évaluation du pouvoir SDP de produits candidats et utilisation au champ

    → Deux niveaux de cribles ont été développés en laboratoire :

    • Le test qPFD®  (puce quantitative faible densité)permet de cribler les produits capables d’activer 28 indicateurs de défense de la plante visée.

      Le test est fonctionnel sur Pommier, Vigne, Tomate, Pomme de terre. Il st en cours de mise au point sur Blé
    • Des tests de protection sur plantules permettent de cribler les produits sur leur capacité à contrôler une maladie ou un ravageur en conditions contrôlées.

      Le test est fonctionnel sur différents pathosystèmes, comme : Pommier / Venturia inaequalis (tavelure) et Pommier / Erwinia amylovora (feu bactérien)

    Les deux niveaux de crible sont effectués en routine, sur prestation, au sein du Centre R&D de VEGEPOLYS.

     

    → En conditions de production, les chercheurs analysent les facteurs influençant l'efficacité des SDP et étudient l'intégration de ces SDP dans les itinéraires techniques.

    Les résultats du projet DEFI-STIM (2010-2013) étaient prometteurs sur pommier, et les recherches se poursuivent dans l’actuel projet Casdar PEPS*.

     

     


    Marie-Noëlle Brisset

    Directrice de recherche INRA, équipe ResPom, IRHS

    marie-noelle.brisset @ angers.inra.fr

     

                                   

    Inhibiteurs de la répose adaptative des bio-agresseurs aux phytoalexines

    Les pathologistes des semences angevins ont caractérisé les mécanismes de la réponse adaptative des champignons aux phytoalexines. Ils ont co-breveté, avec le laboratoire SONAS, des molécules naturelles capables d’inhiber la voie du renforcement pariétal du champignon, par exemple la chélérythrine (alcaloïde naturel). Seuls les bio-agresseurs en contact avec les phytoalexines sont affectés par la chélérythrine.

     

    Le concept a été validé in vitro sur plusieurs pathosystèmes et avec différentes phytoalexines. Il a été également validé in planta, par exemple sur  le pathosystème Chou / Alternaria brassicicola (image ci-dessous).

     

     


    Thomas Guillemette

    Enseignant-chercheur, équipe FungiSem, IRHS

    thomas.guillemette @ univ-angers.fr

    Contacts

    A la recherche d’un partenariat ?

    Deux contacts pour vous aider à construire vos projets et à les soutenir :

     

    • Emeline Defossez,


    contact pour accompagner vos projets de R&D et vous mettre en relation

    emeline.defossez @ vegepolys.eu

     

    • Tanegmart Redjala,


    interface de proximité avec les laboratoires de la Structure Fédérative de Recherche Quasav.

    tanegmart.redjala @ univ-angers.fr