Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Objectif Végétal : une dynamique partenariale

Navigation principale

    Recherche

    Fil d'ariane

    5. Pathogènes transmis par les semences

    5. Pathogènes transmis par les semences

    • Partager la page sur les réseaux sociaux
    • Envoyer cette page par mail

      Envoyer par mail


      Séparés par des virgules
    • Imprimer cette page

    Vers des solutions innovantes de lutte contre les maladies transmises par / aux semences

     

    Dernière mise à jour : août 2017

    EDITO


    par Hubert Lybeert
    Chercheur en pathologie des semences,
    HM CLAUSE

     

    « Vendre une semence saine, exempte de tout parasite susceptible de se développer de la plantule et jusqu’au stade de sa récolte, est une préoccupation majeure d’une société semencière. En effet, les implications financières seraient désastreuses si un pathogène, du fait de cette voie de transmission verticale, venait à annihiler une récolte, voire toucher celles des parcelles environnantes.

    Sans l’obtention de nouvelles variétés qui résisteraient génétiquement à ces parasites, deux voies s’offrent aux semenciers : la désinfection et le traitement des semences

     Inconvénients et avantages des deux process s’entrecroisent plutôt bien et ils sont très souvent associés. Cependant, deux éléments majeurs restent préoccupants.

    1. L’usage de produits « chimiques » est de plus en plus réglementé, les usages autorisés de plus en plus réduits. Dans ce domaine, tout ce qui n’est pas autorisé, est interdit.
    2. A rendre une semence parfaitement « propre », on met de côté tout le microbiote de la semence qui aurait une action bénéfique sur sa protection, voir sur la bio-stimulation du développement de la plantule.

    Les semenciers, et plus généralement l’agriculture, ont besoin de produits innovants, alliant efficacité et respect de la santé humaine et de l’environnement.

    Le bio-contrôle des agents pathogènes est à l’étude (extraits de plantes, bactéries, produits issus de bactéries ou de levures…) ; c’est une solution essentielle pour demain.

    Les recherches en génomique appliquées à la microflore associée aux semences ne doivent pas être laissées de côté en raison de leur aspect « trop amont » actuel.

    Ces deux voies à explorer ne sont pas uniquement des solutions pour une agriculture plus propre, mais sont tout simplement porteuses d’une évolution obligatoire et nécessaire. »

     

     

    Qui travaille sur ce sujet à la SFR QUASAV ?

    • Laboratoire SONAS, Substances d’origine naturelle et analogues structuraux

     

    Plateau technique d’analyse d’acides nucléiques

    Plateau technique d’imagerie cellulaire

    Plateforme de phénotypage Semences et plantes

                                               

    Mots clés

    • Agents phytopathogènes
    • Contrôle biologique
    • Microscopie
    • Microbiote
    • Métagénomique
    • Transcriptomique
    • Xanthomonas spp
    • Alternaria spp
    • Trichoderma spp

    Contact

    A la recherche d’un partenariat ?

    Deux contacts pour vous aider à construire vos projets et à les soutenir :

     

    • Aurore Gautier,


    contact pour accompagner vos projets de R&D et vous mettre en relation

    aurore.gauthier @ vegepolys.eu

     

    • Tanegmart Redjala,


    interface de proximité avec les laboratoires de la Structure Fédérative de Recherche Quasav.

    tanegmart.redjala @ univ-angers.fr