Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Objectif Végétal : une dynamique partenariale

Navigation principale

    Recherche

    Fil d'ariane

    Résultats de la recherche

    Résultats de la recherche

    • Partager la page sur les réseaux sociaux
    • Envoyer cette page par mail

      Envoyer par mail


      Séparés par des virgules
    • Imprimer cette page

    Sommaire

    • Produits de biocontrôle: définitions et travaux en cours
      • Macro-organismes auxiliaires
      • Médiateurs chimiques
      • Substances naturelles
      • Micro-organismes vivants
      • Focus sur les SDP
    • Biocontrôle par la diversité végétale

    Produits de biocontrôles: définitions et travaux en cours

    Macro-organismes auxiliaires

     

    Invertébrés, insectes, acariens ou nématodes. Modes d’action : parasitoïdes, prédateurs ou nématodes entomopathogènes.

     

     

     

    Projet PETAAL
    L’équipe EGI de l’IGEPP, en collaboration avec le LARIS, Plante & Cité, la FREDON PACA, KOPPERT et IF TECH, a mis au point une stratégie de protection biologique intégrée avec l'utilisation d'un nématode et d'un insecte auxiliaire, et qui a débouché sur des produits commerciaux (Tigranem, Tigrador). Un outil a également été créé pour quantifier les décolorations foliaires et évaluer l’efficacité de produits de biocontrôle - Projet PETAAL (2009 – 2012) – fonds unitaire interministériel (FUI).

     

    Bruno Jaloux

     Bruno Jaloux

    Enseignant-chercheur, laboratoire EGI, agrocampus-ouest

    bruno.jaloux @ agrocampus-ouest.fr

     

     

     

     

     

    Médiateurs chimiques

     

    Phéromones d’insectes et des kairomones. Modes d’action : confusion sexuelle, piégeage en masse.

     

     

     

    médiateur chimique, Projet PHEROTOX
    L’équipe EGI de l’IGEPP a montré que de faibles doses de néonicotinoïdes favorisent la reproduction des ravageurs par la stimulation de leur odorat - Projet PHEROTOX (2012-2016) - fonds de l’ANR.
    Les interactions potentielles entre faibles doses d’insecticides et médiateurs chimiques doivent être prises en compte dans l’utilisation de ces derniers dans le biocontrôle.

     

    Syvia Antonn

    Sylvia Anton

    Chercheur laboratoire EGI, INRA

    sylvia.anton @ irna.fr

     

     

     

     

    Substances naturelles

     

    Substances d’origine végétale, animale, microbienne, minérale. Modes d’action : effet direct sur bioagresseur ou stimulation des défenses de la plante.

     

     

     

    Substances naturelles
    Durant sa thèse au LBPV Sabine Tourneur évalue le rôle des miPEPs (nouvelle classe de peptides régulateurs) dans le contrôle de l’interaction entre le tournesol et l’orobanche, une plante parasite. - projet miPEPITO (2017-2020) en collaboration avec MicroPEP Technologiesfonds de l’ANR.

     

     

    Philipps Delavault

     Philippe Delavault

    Enseignant-chercheur, laboratoire LBVP, université de Nantes

    philippe.delavault @ univ-nantes.fr

     

     

     

     

     

     

    Projet NABUCO

    L’IRHS étudie la capacité de métabolites secondaires extraits de micro-organismes, à induire les défenses des plantes (test qPFD®) ou à inhiber la croissance des champignons phytopathogènes - Projet NABUCO (2015-2018) en collaboration avec Agrauxine – Lesaffre Plant Carefonds du Ministère de l’Agriculture.

     Thomas Guillemette

    Thomas Guillemette

    Enseignant chercheur, équipe FongiSem (IRHS), université d'Angers

    thomas.guillemette @ univ-angers.fr

     

     

     

     

     

     

     

    sensitines MD

    L’IRHS et le SONAS ont breveté des substances naturelles capables de rendre les bio-agresseurs plus sensibles vis-à-vis des défenses de la plante.
    Ces « sensitines MD» pourraient agir en synergie avec les SDP (Stimulateurs de Défense des Plantes).

     

     

     

    Micro-organismes vivants

     

    Champignons, bactéries, virus. Modes d’action : effet direct sur bioagresseur, compétition nutritionnelle ou spatiale, stimulation des défenses de la plante.

     

     

     

    Projet NABUCO, micro-organismes, champignon, phytopathogènes
    L’IRHS identifie des micro-organismes agressifs vis-à-vis de champignons phytopathogènes.
    Projet NABUCO (2015-2018) en collaboration avec Agrauxine - Lesaffre Plant Carefonds du Ministère de l’Agriculture.

     


    Thomas Guillemette 

    Enseignant chercheur, equipe FongiSem (IRHS), université d'Angers

    thomas.guillemette @ univ-angers.fr

     

     

     

     

     

     

    Projet MetaSEED,semences, agent biocontrole, agent pathogénes
    La thèse de Samir Rezki
    (2014-2017) à l’IRHS a étudié le comportement du microbiote associé aux semences lors de la transmission des agents phytopathogènes. Projet MetaSEED (2014-2016) en collaboration avec HM Clause et Vilmorinfonds de la Région Pays de la Loire

    Des populations microbiennes pourraient être ainsi identifiées comme potentiels agents de biocontrôle capables d’entrer en compétition avec les agents phytopathogènes des semences.

     

    Mathieu Barret

    Matthieu Barret

    Chercheur, équipe Emersys (IRHS), INRA

    matthieu.barret @ inra.fr

     

     

     

     

     

    Focus sur les SDP

     

    Stimulateurs de Défense des Plantes : « toute substance ou tout micro-organismes vivant non pathogène capable de promouvoir chez la plante un état de résistance face à des stress biotiques ». http://elicitra.org/

     

     

     

    SDP, vergers, intégration, facteurs, durabilité, stratégie de production
    L’IRHS et l’UEH travaillent sur l’intégration des SDP dans la conduite des vergers de pommiers en conditions de production (projet PEPS 2014-2018 - fonds du CASDAR - et projet Tavinnov 2017-2020 - fonds métaprogramme SMaCH INRA) : sont particulièrement étudiés i) les facteurs influençant l’efficacité des SDP (environnement, intrants, autres), ii) la durabilité de cette stratégie de protection.

     

     

    Marie-Noelle Brisset

    Marie-Noelle Brisset

    Chercheur, équipe ResPom (IRHS), INRA

    marie-noelle.brisset@inra.fr

     

     

     

     

     

     

    La thèse de Romain Warneys, effectuée à l’IRHS dans le cadre du projet Pomme d’épi (fonds RFI Objectif Végétal 2016-2019), et celle de Michaela Skopikova, au SONAS, visent à explorer le mode d’action des SDP à différents niveaux (épigénétique, transcriptomique, protéique et métabolique) chez le pommier.

     

     

    Alexandre Degrave

    Alexandre Degrave

    Enseignant-chercheur, équipe ResPom (IRHS), Agrocampus-Ouest

    alexandre.degrave@agrocampus-ouest.fr

     

     

     

     

     

     

    SDP, marqueur de stress, expresioon, géne, etat physiologique
    L’efficacité des SDP dépend de l’état physiologique de la plante, en partie conditionné par les stress abiotiques. L’IRHS met au point des outils d‘évaluation de cet état physiologique, basés sur i) l’expression de gènes marqueurs de stress et des techniques d’imagerie (Laboratoire commun ESTIM avec la SAS Arexhor Pays de la Loirefonds ANR LabCom) et ii) l’activation d’éléments transposables.

     

    Mathieu Gaucher

    Mathieu Gaucher

    Chercheur, équipe ResPom (IRHS), INRA

    mathieu.gaucher @ inra.fr

     

     

     

     

     

    L’IRHS cherche à combiner défenses constitutives, QTLs de résistance génétique partielle et SDP pour lutter contre la tavelure du pommier. C’est l’objet de la thèse de Juliette Bénéjam (2017-2020), associée aux projets PREDIRE (fonds du RFI Objectif Végétal 2016-2019) et QTLstim (fonds INRA – 2017-2020).

     

    Charles-Eric Durel

     

    Charles-Eric Durel

    Chercheur, équipe ResPOm (IRHS), INRA

     

    charles-eric-durel @ inra.fr

     

     

     

     

     

    SDP, comportemetn puceron, olfactométrie, ElectroPénétroGraphie.

    Parmi les gènes de défense induits par les SDP, certains sont impliqués dans la production de composés organiques volatils. L’IRHS et l’équipe EGI de l’IGEPP étudient la capacité de SDP à modifier le comportement du puceron, par olfactométrie et ElectroPénétroGraphie.

     

     

    Sylvia Anton

     

    Sylvia Anton

    Chercheur laboratoire EGI, INRA

     

    sylivia.anton @ inra.fr

     

     

     

     

     

    Lire la suite

    Biocontrôle par diversité végétale

    Projet PEERLESS
    Pratiques agricoles, flore du champ et de sa bordure, paysage agricole sont des déterminants majeurs du contrôle biologique. Un modèle conceptuel les intégrant est en cours de développement à l’IGEPP - Projet PEERLESS (2013-2017) - fonds de l’ANR Agrobiosphère et de la Chaire AEI. La thèse d'Anna Pllier a permis d'améliorer les bandes fleuries pour le contrôle biologique des insectes ravageurs du colza et du blé.

     

     Yann Tricault

    Yann Tricault

    Enseignant-chercheur, laboratoire EGI, Agrocampus-Ouest

    yann.tricault@agrocampus-ouest.fr

     

     

     

     

     

     

    lupin , céréale, association
    La thèse de Nicolas Carton, au LEVA (ESA d’Angers) a permis de proposer des associations du lupin avec des céréales pour contrôler les adventices tout en assurant la productivité des deux cultures.

     

    Guenaëlle Hellou

    Guenaëlle Hellou

    Enseignant-chercheur, laboratoire LEVA, ESA

    ghellou @ groupe-esa.fr

     

     

     

     

     

     

     

    Cultures associées, auxilieres
    Les cultures associées peuvent aussi apporter des ressources alimentaires aux auxiliaires ; la thèse de Martin Luquet (2016-2019), à l’IGEPP, se concentre sur le cas des parasitoïdes de pucerons dans les associations céréales-protéagineux.

     

    Bruno JalouxBruno Jaloux

    Enseignant-chercheur, laboratoire EGI, Agrocampus-Ouest

    bruno.jaloux @ agrocampus-ouest.fr

     

     

     

     

     

     

     

    Projet PHERAFAB,legumineuse, activité alleopathique, orobanche
    Le LBPV cherche à identifier des espèces de légumineuses présentant une activité alléopathique négative vis-à-vis de l’orobanche rameuse, en vue de les associer aux cultures de colza - Projet PHERAFAB (2014-2017), fonds du CASDAR .

     

    Philippe SimierPhilippe Simier

    Enseignant-chercheur, laboratoire LBVP, Université de Nantes

    philippe.simier @ univ-nantes.fr

     

     

     

     

     

     

    Projets Verger cidricole de demain
    Mélanger des variétés ou espèces de résistances différentes
    permet de limiter la propagation des nuisibles et de ralentir le contournement des résistances. Un modèle mathématique a été développé à l’IRHS pour concevoir ces mélanges en fonction des contraintes de la parcelle, et utilisé avec succès dans les Projets Verger cidricole de demain (2012-2014 puis 2015-2018) – fonds du CASDAR
    Modèle utilisable sur toute cultures, à l’échelle de la parcelle, de l’exploitation ou du paysage.

     

    Natalia SapoukhinaNatalia Sapoukhina

    Chercheru, équipe EcoFun (IRHS), INRA

    natalia.sapoukhina@inra.fr (nathalia.sapoukhina @ inra.fr)

     

     

     

     

     

    Lire la suite

    Contact

    A la recherche d'un partenariat?

    Deux contacts pour vous aider à construire vos projets et à les soutenir :

    • Emeline Defossez

    Contac
    t pour accompagner vos projets de R&D et mettre en relation avec divers acteurs sur le territoire national et européen.

    emeline.defossez@

    vegepolys.eu

     

    • Tanegmart Redjala


    Interface de proximité avec les laboratoires de la Structure Fédératrice de Recherche Quasav

    tanegmart.redjala @ univ-angers.fr